« Art sacré en Combrailles » : visite des églises de Manzat

« Art sacré en Combrailles » : visite des églises de Manzat.

Près d’une trentaine de personnes a assisté à la visite « Art sacré en Combrailles », organisée par le SMADC et accompagnée par Renée Couppat (guide de pays) le dimanche 29 mai 2016.

Renée Couppat a débuté l’après-midi par la visite de l’église Saint-Genès de Manzat, construite au 19ème siècle à l’initiative du curé Mazoire et de ses paroissiens, sur les vestiges d’une église romane du 12ème siècle dont il ne resterait qu’un mur au fond de l’actuelle église.

La dégradation de cet ancien édifice aurait été précipitée par l’ajout entre 1784 et 1825 d’une tour avec horloge. Le dilemme qui se posait alors pour l’équipe municipale était soit de la réparer soit d’en construire une nouvelle alors qu’elle devait faire face dans le même temps à l’obligation d’ériger une école laïque suite à la loi Guizot de 1863.

La mairie entamera finalement quelques réparations qui n’empêcheront pas l’effondrement d’une partie de l’édifice.

Dans les années 1860, le curé Mazoire va alors prendre les choses en main en récoltant près de 40 000 francs auprès de ses paroissiens et 6 000 francs auprès de la mairie pour édifier une nouvelle église de style néo-gothique.

En plus, des contributions apportées par les paroissiens qui étaient signalées sur un grand tableau noir au fond de l’église, le curé Mazoire n’a pas hésité à leur imposer des corvées pour l’enlèvement ou l’apport de matériaux ou la construction elle-même qui n’a duré au final que deux ans entre 1870 et 1872.

Pour finir le curé Mazoire a encore réussi à mobiliser 3 660 francs pour les grandes verrières ornées de 42 vitraux de Champrobert, restaurés par la mairie de Manzat dans les années 2000

Après cet historique de l’église peu commun, nous avons ensuite notamment admiré une belle piéta (17ème siècle), un Saint-Étienne original avec un livre et une viole de gambe (fin 16ème), un Saint-Genes, le patron de la paroisse et bien évidemment les boiseries du 17ème siècle provenant de la Chartreuse de Port Sainte Marie. Légende ou réalité, le destin de ces boiseries aurait été scellé au jeu, d’après des manzatois présents qui ont agrémenté toute la visite de leurs anecdotes et connaissances de leur commune.

L’après-midi s’est terminée par la visite surprise de la chapelle de Sauterre construite au 19ème siècle sur des terrains mis à disposition par les habitants et sur leurs deniers.

Dans ce lieu de culte dépendant directement du diocèse de Clermont Ferrand, nous avons notamment découvert une statue de Saint-Sotère qui fut pape de 166 à 174 et qui a fixé la date de Pâques.

La visite s’est achevée autour de boissons chaudes et gâteaux confectionnés par les élus de la commune de Manzat.

photos de Claude Palluau