Fermeture de la gendarmerie

Fermeture de la gendarmerie

Un projet de loi « portant dispositions relatives à la gendarmerie » a été voté en première lecture par le Sénat le 17 décembre 2008.
 
Le 22 octobre 2009, Le ministère de l'Intérieur dans le cadre très strict et comptable de la RGPP (révision générale des politiques publiques), veut tirer un trait sur de nombreuses unités. Il avait demandé aux Préfets de France de remettre leurs conclusions sur le projet de fermeture de gendarmeries et de "réfléchir", en désignant prioritairement les secteurs où la situation est figée depuis la dernière carte de répartition, qui date de 1941.
 
Monsieur Le Maire, l’ensemble du Conseil Municipal et les habitants de la commune sont consternés devant la fermeture de leur gendarmerie, suite à un arrêté du 28 juillet 2010.

Supprimée pour être fondue dans un ensemble plus large, la gendarmerie de Manzat assiste maintenant au départ physique de ses gendarmes. Depuis le 1er octobre, tous ont quitté leur logement pour se fixer dorénavant vers d’autres affectations Les appartements seront libérés.
 
Le maire a souligné que ce projet avait été confirmé par un courrier du Préfet du Puy-de-Dôme daté du 9 septembre 2010 dernier nous informant la fermeture définitive de la gendarmerie de Manzat, les effectifs étant regroupés aux Ancizes, ce qui laisse entrevoir un aspect de sécurité public peu encourageant : celle-ci avait en charge la sûreté de nos concitoyens, cette sécurité qui est une arme essentielle de notre liberté. La commune a entretenu d’excellentes relations avec les gendarmes qui font leur métier avec humanité.
 
Ainsi, c'est véritablement une régression historique qui s'achève, dont on mesurera sans doute, les effets délétères dans les années et les décennies à venir.